Décor de rêve

Vous connaissez La carte postale ? Vous savez, celle qui fait baver d’envie. Si, si, celle avec l’eau turquoise bordée de sable blanc, une palme de cocotier juste au-dessus. ça y est, vous voyez ? Eh bien, on y est.

555-20160116_100249

Oleo est à l’ancre au milieu de tout ce bleu, à Antigua. Guillaume bosse à bord pour installer un sonar. Avec ça, on pourra passer plus facilement entre les récifs coralliens. Je suis assise sur le sable blanc avec les petites, les pieds dans l’eau. Axelle gambade à quatre pattes à la poursuite de lézards, Charlie fait des pâtés avec des gobelets. De temps en temps, on plonge se rafraîchir dans l’eau claire. Deux papillons jaunes pâles virevoltent au-dessus de nous. Des petits poissons rayés zigzaguent entre nos jambes. On est seules, la plage est à nous.

555-vlcsnap-2016-01-13-17h05m46s45

Oleo est arrivé à English Harbour pour faire la clearance au Nelson’s Dockyard. Ici, on ne plaisante pas avec les formalités. Pour commencer, on nous a fait remplir le formulaire en ligne de la douane sous l’oeil attentif de l’agent en uniforme. Ensuite, au guichet n°1, on nous l’imprime, on nous fait signer 3 ou 4 papiers et on nous envoie au guichet n°2. Là, on étudie nos passeports en détails, comme s’ils étaient douteux, et après 2 ou 3 questions et quelques tampons, on nous les rend pour nous renvoyer au guichet n°1. Le même gars en uniforme reprend les papiers tamponnés et nous donne notre clearance d’entrée dûment visée avant de nous adresser au guichet n°3. A ce stade, on passe au paiement de la taxe d’entrée, 48$ US pour notre petite famille. Je passe sur les temps d’attente entre chaque guichet, on n’est pas tout seul à faire les formalités de bon matin.

555-20160109_085224

On profite de notre passage pour flâner dans « the only working Original Georgian Dockyard in the world » dont l’île semble très fière. C’est propret, très anglais, plein de petits restos, un musée et quelques boutiques. La moindre babiole y est hors de prix, le magnet qu’on achète pour notre collection nous coûte la modique somme de 6$ US.

555-20160109_091203

On ne s’attarde pas, direction les mouillages de l’Est, plages et détente au programme. Grâce au sonar, on emprunte des passes serrées, serrées entre les plaques de corail. Oleo accède ainsi à des endroits déserts où seuls les pélicans paressent sur les flots. Le soir, les grillons et les grenouilles chantent la nuit. L’eau prend des reflets argentés à la lueur diffuse de la lune.

555-20160110_163846

Quelques milles plus tard, nous voilà à Barbuda. L’île est plate comme le dos de la main, hérissée de cocotiers. Aux alentours, du corail partout rend l’accès aux mouillages difficile. Le sonar rend de grands services et pendant que Guillaume barre, je me poste à l’avant pour guetter les patates de corail, le vent sur mon visage, le sel sur mes lèvres, le soleil sur ma peau. La lumière se brise en mille éclats sur les vaguelettes étincelantes. L’eau est d’une telle clarté que je vois les rides de sable par dix mètres de fond. On aperçoit aussi de grandes tortues de mer.

555-20160110_145159

A l’ancre dans deux mètres d’eau limpide derrière la barrière de corail, toute la famille pique une tête dans la mer. Palmes au pieds, masque sur le nez, on part à la chasse aux poissons colorés et aux tortues cachées. Sur la plage, on ramasse les coquillages avec les enfants. Au goûter, on fait des crêpes. On profite aussi du mouillage pour gratter la coque de tout l’écosystème qui s’y développe allègrement.

555-vlcsnap-2016-01-17-12h40m38s15

Les jours passent sur cette plage. Depuis qu’on y a trouvé un wifi inespéré, on retarde chaque jour notre départ. Dans notre mouillage isolé, sans village ni café, internet est notre seul lien avec le monde, on s’y raccroche. Puis presque à regret, Oleo lève l’ancre un beau matin et slalome entre le corail. Direction St Martin pour une escale technique, une nuit de navigation.

555-20160116_095929

3 réflexions au sujet de « Décor de rêve »

  1. Catherine P.

    On peut attester pour l ‘avoir testé : St Martin c’est le rêve ! (Sauf les routes !)
    Merci Anso et Guillaume pour votre accueil et les bons moments passés ensemble et profitez bien encore de ces plages de cartes postales !
    Grosses bises affectueuses à vous 4 !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *