Catégories
Voyages

Progression au Nord et vie à bord, quelques nouvelles…

La tête dans le guidon, nous faisons de notre mieux pour qu’Arthur et son équipage progresse au Nord. Compte tenu du retard accumulé, les chances que nous atteignons l’objectif géographique fixé en 2022 s’amenuisent. Car l’idée n’est pas de dégoutter nos enfants avec des navigations hâtives dans de mauvaises conditions pour avancer, mais bien de leur proposer un voyage instructif et suffisamment confortable pour qu’ils l’apprécient.

Au mouillage à Roscanvel
Arthur à Roscanvel (Brest) en attendant de pouvoir traverser la Manche

Lever l’ancre au bon moment…

Si nous restons aussi longtemps au mouillage à Roscanvel et maintenant aux Scilly, c’est que les conditions ne sont malheureusement pas réunies pour lever l’ancre. Il faut qu’Arthur soit prêt (son pilote, ses pompes, son arbre d’hélice capricieux…) et surtout que la météo soit favorable.

Visite de Brest
Découverte de Brest avec les enfants avant de quitter la France

Le temps passant, nous nous sommes tout de même mis en route pour profiter d’une fenêtre météo moyenne qui n’a pas manqué de faire souffrir l’équipage. Houle croisée au près serré à planter des pieux (tanguer dans une mer démontée, ce qui éclabousse beaucoup et ralentit énormément le bateau), le mal de mer a vite contaminé Anso et les enfants, la fatigue pour le capitaine et trop de moteur pour faire avancer Arthur par vent debout et courant contraire.

Blocage de l'arbre d'hélice
Blocage « à l’arrache » de l’arbre d’hélice en navigation.

Autre problème : une consommation excessive d’huile par notre arbre d’hélice, en particulier sous voile car notre hélice (non rétractable) tourne avec le courant induit par notre progression. Bloquer l’arbre est nécessaire pour éviter de vider le bidon prématurément, une opération bien désagréable.

Attendre la météo favorable

Plusieurs fois par jour, matin midi et soir, nous consultons la météo dans l’espoir qu’une bonne fenêtre se présente. Dans l’idéal un vent constant de 10 à 20 nœuds, au grand largue, sans houle croisée (c’est à dire pas après un fort coup de vent perpendiculaire à notre route). Au bout de 3 semaines on s’impatiente vraiment.

Voilier Arthur au mouillage
Notre voilier au mouillage dans un coin tranquille

Aujourd’hui aux Scilly, rebelote. La météo de la semaine à venir est très changeante et majoritairement défavorable. Il faut se tenir prêt d’une minute à l’autre au cas où l’une de ces petites dépressions daigne se déplacer pour nous faire progresser au Nord.

Rythme de vie à bord

Avec nos 3 enfants à bord, Anso et moi-même sommes déjà bien occupés. En plus de cela, les problèmes de notre voilier Arthur induisent encore des travaux, même s’ils ont bien progressé depuis le début.

Travaux du bord
Parmi les travaux du bord, remontage des winchs

Le temps passant, le capitaine commence à avoir besoin de s’occuper du site web du projet, de programmer et réaliser des vidéos, d’exercer son métier d’informaticien… bref, de passer du stade « sous l’eau » à « productif ».

Le pilote automatique

C’est le sujet spécial du moment. Depuis que nous avons adopté PyPilot, nous pouvons enfin réaliser des navigations dignes de ce nom. Ce projet est passionnant, mais aussi très chronophage. Il oblige le capitaine à accepter d’avoir un pilote fonctionnel bien que pas optimal, en prenant le temps de l’améliorer et de le blinder au fur et à mesure (car il n’est pas vraiment IPX4 pour le moment !).

Pilote auto Pypilot
Ce à quoi ressemble notre pilote automatique pour le moment

Nos perspectives

Elles vont fortement dépendre de la météo. Si celle-ci nous permet de progresser comme nous le voulons, c’est tant mieux. En revanche si nous sommes irrémédiablement trop au Sud, nous ferons évoluer notre programme.

Petits moments de bonheur
Petits moments sympas avec les enfants en attendant de naviguer

6 réponses sur « Progression au Nord et vie à bord, quelques nouvelles… »

Dans ce bateau, les lapins sont autorisés? Et portent bonheur aux jeunes mousses !
Le papi qui n´a pas le pied marin…

Bonjour Oléo que je suis depuis un départ de Normandie avec un tour des iles Britanniques avec Jaoul et Jonathan qui est maintenant bien loin.
Bonjour Arthur que j’ai découvert à Arzal, puis dans le Golfe du Morbihan où j’ai mon bateau.
Une suggestion: à la voile, pour éviter que l’arbre ne tourne, j’ai toujours embrayé le moteur en marche arrière pour éviter que l’arbre ne tourne seul avec la vitesse.
Idem sur mon coffre qui se trouve dans un fort courant.
Mon inverseur, quelque soit le bateau, me l’a toujours permis depuis plus de 40 ans. Est ce possible sur Athur?
C’est bien de démarrer doucement avec des enfants et un nouveau bateau, puis le rythme va se prendre.
Bonnes navs.

Bonjour Dominique, merci pour ce conseil et la lecture de notre blog. J’ai effectivement essayé de bloquer l’arbre avec une marche avant ou arrière, sur Arthur l’inverseur ne s’enclenche que quand le moteur tourne. Je n’ai cependant pas encore osé arrêter le moteur avec une marche arrière enclenchée. Avancer doucement avec les enfants est important en effet… on vient d’essayer 2 nuits consécutives pour rejoindre l’Irlande dans une mer moyenne, c’est un peu limite. Bonne navs et à bientôt.

Bonjour Guillaume,
Merci pour le blog que je suis. Nous n’avons pas eu le loisir de se croiser au chantier de l’Esclain, mais je constate que la rénovation est bien plus longue que prévue. Je m’y prépare aussi.
Vu l’appétit d’informatique open source marine je glisse cet URL : https://open-boat-projects.org/en/
Au cas où. Bon courage pour la suite. Et « fair Winds ».

Bonjour Vincent,
Je me rends compte que je ne t’ai pas encore répondu. La raison est probablement la suivante : j’ai suivi ton lien puis me suis perdu dans des lectures interminables. Je pourrais passer des heures à découvrir des initiatives open source, décortiquer des protocoles, essayer des logiciels. Merci pour ces infos qui m’ont inspirées et bon courage à toi pour tes travaux et ton projet avec « Java ». Je suis allé voir ta chaîne youtube et ton blog, fais vivre ces initiatives pour qu’on puisse te suivre ! Bonnes navs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.