Le grand pavois, de l’intérieur

C’est la folie ! Pas le temps de manger ou de souffler. Les gens défilent. Amoureux de la mer, curieux, connaisseurs, néophytes. Les questions fusent. Les uns s’intéressent au bateau, les autres aux enfants. On parle des glaces, des plages, des nuits en mer. On raconte la vie à bord, la préparation du bateau, les travaux.

555-pa024853

Certains viennent parce qu’ils nous connaissent même si nous, nous ne les connaissons pas. Ils ont vu notre blog, nous ont suivi des mois durant voire des années. Nous en avons croisé d’autres sur les flots comme l’équipage de Siminoé ou Zanzibar. Nous découvrons de jeunes familles prêtes à partir. Elles nous feront rêver à notre tour avec leurs récits et leurs photos pendant que nous nous réadapterons à la vie terrestre.

555-20161001_152554

Oleo arbore toutes ses couleurs, un pavois constitué de tous les pavillons des pays traversés. Guillaume a fait un gros boulot de nettoyage et de rangement pour l’occasion. Les petites renouent avec leur couchette. Je renoue avec le quotidien du bord et sa cuisine. Lorsque le pain est juste cuit, bien chaud, je propose aux visiteurs une dégustation.

555-directfr302

Guillaume organise une projection-conférence avec nos vidéos de voyage. Il montre les photos, parle sans relâche de notre expérience et de nos projets. Il court à droite, à gauche pour une émission de radio ou la télé locale. Des gens viennent au bateau après l’avoir vu ou entendu.

555-20161002_173047

Après l’expérience du voyage, nous faisons l’expérience de la communication. Il faut réfléchir à ce que nous voulons dire, pour qui et pour quoi. Avant de partir, nous avions lu des récits de voyages, des blogs. Nous avions rencontré des voyageurs aussi. Il nous semble naturel de rendre à notre tour un peu de ce qu’on nous a donné.

555-pa034872

Nous faisons connaissance d’équipages formidables sur Atka, Messenger, Amasia, d’une foule d’autres personnes, même de futurs voisins dans notre nouvelle patrie nantaise. Nous mesurons la chance et l’honneur d’avoir été invités sur ce salon (merci Voiles et Voiliers !). Nous n’avons malheureusement pas le temps de nous promener sur les pontons ni dans la ville de La Rochelle.

555-pa024857

Pour les petites, le grand pavois est l’occasion de retrouver Blanche et Gabin, mousses sur Zanzibar, de faire de nouveau de la balançoire dans le cockpit pour le plus grand amusement des spectateurs mais aussi de s’ennuyer un peu lorsque les parents sont occupés à bavarder avec les visiteurs. Elles sont nourries de gâteaux apéro, biberons, restes de pizzas ou de boites de conserve qu’on réchauffe pour elles quand la foule diminue un peu. Heureusement, les grands-parents prennent le relais pour leur offrir l’attention dont elles ont besoin.

555-20161001_152647

Six jours à ce rythme, ça use. Le salon est aussi une épreuve d’endurance.

555-20161001_171049

Télécharger au format PDF (imprimable)

13 réflexions au sujet de « Le grand pavois, de l’intérieur »

  1. Régis

    Salut les amis,
    c’est la rançon du succès.
    J’ai connu ça aussi en 94 lors d’une participation à un rassemblement de vieux gréements dans les pertuis charentais, huit jours durant… avec Joshua aussi à couple parfois. Étourdissant de bonnes émotions mais épuisant.
    Des souvenirs qu’on garde toute la vie !
    Profitez !
    Je vous embrasse,
    Régis.

    Répondre
    1. Guillaume

      Bonjour Régis. Très sympa en effet de pouvoir discuter avec plein de monde et croiser des voiliers mythiques. Au plaisir de se croiser à nouveau sur un ponton ! A très bientôt.

      Répondre
  2. Bruno Aizier

    Oui, c’est vrai nous devons, Beaucoup, à Bernard Moitessier, aux « Damiens », à Loic Fougeron, Eric Tabarly, Sir Francis Chichester, à Loic Fougeron et JY Le Toumelin et tant de précurseurs qui n’avaient que leur sextant et le sorcier (Baromètre) .

    Répondre
    1. Guillaume

      C’est vrai, on doit beaucoup à tous ces gens. J’ajouterais que nous devons aussi énormément à des anonymes de talent, voisins de ponton passionnés qui cumulent les tours du monde et les fabrications de leur bateau avec toute l’expérience qu’il faut pour en arriver là, passionnés du grand nord croisés au Groenland avec des voiliers d’une incroyable ingéniosité… quel dommage quand ce savoir faire extraordinaire s’éteint avec leurs auteurs ! A très bientôt entre le finistère et l’Ecosse 😉

      Répondre
  3. Bruno Aizier

    Merci donc à OLEO de faire la passerelle entre ces grands précurseurs, et notre époque moderne (du pt de vue navigation, pour le reste …), et de susciter des rêves et des projets. Bon vents à tous 😉

    Répondre
    1. Guillaume

      Merci d’être venu nous voir et de nous avoir suivi avec autant d’assiduité, ça nous a beaucoup touché. A très bientôt et bonne préparation de votre futur voyage !

      Répondre
  4. delabruyere

    Heureux de vous avoir rencontré. Merci de nous avoir accordé un peu de votre temps, malgré l’affluence. De mon coté, petit navigateur avec un bulle de soleil de caroff, j’aurais eu une multitude de questions à vous poser, mais je n’ai pas souhaité vous dérangé plus longtemps.
    A vous lire sur votre blog, et bon vent à vous.

    Répondre
    1. Guillaume

      Bonjour et merci d’être venu nous voir. Via notre formulaire de contact vous pouvez nous poser toutes vos questions, on réponds parfois avec du retard à cause d’un emploi du temps chargé mais on était au salon pour ça donc n’hésitez pas. Bon vent !

      Répondre
  5. Bernard et Sandra

    Bravo les Amis vous le méritez tellement !!!
    Quel talent !!!
    Aujourd’hui à Curaçao nous avons encore reçu une photo d’Oleo prise par des lecteurs de nos blogs 😉
    Nous sommes si contents pour vous.
    Bonne installation à présent
    Des bises à vous quatre

    Répondre
    1. Guillaume

      Coucou les amis et encore merci ! Maintenant c’est à vous de nous faire rêver avec vos aventures américaines et votre bonne humeur légendaire ;). Grosses bises de nous tous !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *