De mouillage en mouillage

Oleo navigue dans une cloche de brouillard de 50 mètres de diamètre, 360 degrés d’eau grise qui se confond avec la brume. Nous ne voyons rien pour notre arrivée aux Scilly et pourtant le bateau louvoie entre les rochers. Il est 10 heures du matin mais il pourrait être midi ou minuit, le temps semble suspendu dans le nuage.

Tresco, Scilly

Une cloche sonne, la bouée du chenal apparaît toute proche signalant sa présence au rythme des vagues, elle entre dans notre champ de vision rétréci et disparaît presque aussitôt, absorbée par la grisaille dense. Une corne de brume, un bateau passe sur l’écran du radar, le cri d’une mouette et enfin apparaît notre mouillage dans une baie de Ste Agnès. On devine la silhouette d’un ketch à l’ancre, quelques bouées aussi.

Scilly, St Agnes

Sitôt mouillé, le moral remonte sur le bateau. La route n’a pas été de tout repos, des vagues traîtres ont encore chavirées nos estomacs et Guillaume a assuré la veille tout au long de la nuit.

St Agnes, Scilly

Il fait environ 15 degrés sur Oleo, on prépare un thé bien chaud et la fin d’un gâteau pour le petit déjeuner. La journée s’organise tranquillement et après une longue sieste, j’emmène Charlie à terre. A ma grande honte, je ne sais pas ramer droit ! Notre canot ivre a bien du mal à viser la cale pour débarquer.

Tresco, Scilly

L’endroit est splendide, l’eau limpide, entre émeraude et turquoise, dévoile des fonds de sable blanc à faire pâlir tous les atolls. A terre, c’est une profusion de fleurs et de fougères surplombées de petits pins. L’air est chargé de senteurs et la fumée de cheminée chatouille agréablement notre nez. Un petit sentier entre deux haies odorantes s’enfonce dans l’île vers le village. Charlie saute de flaque en flaque avec ses petites bottes roses jusqu’au bureau de poste.

Tresco du bateau aux Scilly

Au bateau, Guillaume garde un oeil sur Axelle tout en prenant la météo via notre téléphone satellite.

Tresco, Scilly

Les jours suivants, nous passons de mouillages rouleurs en mouillages tranquilles et inversement, au gré du vent et des envies. Un jus de fruits en terrasse lorsqu’un rayon de soleil illumine la mer, une balade, la plage et divers travaux sur le bateau nous occupent.

Tresco, Scilly

L’exiguïté du bateau ne se fait pas vraiment sentir jusqu’à présent. C’est un peu surprenant car nous passons beaucoup de temps à bord, pendant les navigations bien sûr mais aussi au mouillage car chaque passage à terre est une expédition avec les deux filles. C’est donc un véritable soulagement que nous arrivions à vivre sereinement tous les quatre dans le bateau. De temps en temps on pousse un coup de gueule, l’un s’en va dans la couchette avant tandis que l’autre va dehors, ça ne dure jamais.

Tresco, Scilly

La météo n’est jamais celle qu’on souhaite : il est probable que nous ne puissions pas pousser vers l’ouest de l’Irlande tout de suite.

Télécharger au format PDF (imprimable)

3 réflexions au sujet de « De mouillage en mouillage »

  1. LESAGE

    Les îles Scilly quelle merveille, j’en garde un excellent souvenir, cela me fait plaisir de les revoir par vos jolies photos.
    Michèle

    Répondre
  2. LESAGE

    Les îles Scilly quelle merveille ! J’en garde un excellent souvenir, cela me fait plaisir
    de les revoir par vos jolies photos.
    Michèle

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *