Ce qui change sur Oléo en 2014

La ligne de mouillage, l’orin, les courants et ses effets, notre bébé à bord qui grandit, voici quelques observations sur ce qui a évolué à bord d’Oléo depuis l’année précédente. 

Ligne de mouillage augmentée

La Spade alu de 7kg a été remplacée par une Spade acier de 20kg, la chaîne de 30m fait maintenant 50m, le guindeau manuel a été remplacé par un guindeau électrique, une retenue de chaîne et un orin complètent le tout. Le gros changement, c’est que je dors sur mes deux oreilles tant la confiance en mon mouillage est grande. De plus, mouiller régulièrement dans des conditions très différentes me permet d’affiner les gestes à effectuer en fonction des paramètres environnants, le vent, le courant, la géométrie du lieu, le type de fond et tant d’autres.

Oringuer au mouillage

Je le fais de plus en plus. Certes, c’est une manoeuvre supplémentaire et le risque d’emmêler la chaîne au bout d’orin est réel, ce qui oblige à s’entraîner et à optimiser le système. Cependant les avantages de l’orin surpassent ces difficultés dans bien des situations. Quand je défile la chaîne avec le guindeau électrique par exemple, je sais parfaitement quand l’ancre est au fond, le bout d’orin ne filant plus. Je peux bien sûr récupérer mon ancre si celle-ci est bloquée mais aussi la dégager à distance quand il y a du courant ou très peu de fond. Enfin, l’orin étant à peu près au dessus de l’ancre, je sais où elle se trouve. En résumé, j’oringue systématiquement quand j’ai des doutes sur l’état des fonds et je n’oringue pas quand il est évident qu’il n’y a que du sable ou de la vase, ou quand il y a un risque que quelqu’un tire sur la jolie boule orange.

Comportement et effets du courant

A force de fréquenter des zones de navigation sujettes à de forts courants de marée, j’arrive à mieux anticiper la position et la vitesse des courants favorables, des contre-courants, des turbulances et autres barres formées quand vent et houle s’en mêlent. La Gironde, le SE d’Oléron, le finistère et la manche sont pour cela de bons terrains de jeu. Il s’agit de choisir sa route en fonction de la géométrie des fonds, des horaires, des coefficients de marées et des perturbations potentielles. Mais c’est un peu comme la météo, les prévisions peuvent être éronées et les surprises de taille ! En outre, loin de moi l’idée de prétendre ne jamais me tromper dans ce genre de prévisions.

Vent contre courant

Que ce soit à l’aller ou au retour, le raz Blanchard et le raz de Sein ont été passés contre le vent. Ma première rouste dans le Blanchard m’a appris que « la barre » (une série de vagues très escarpées et déferlantes qui forment une ligne blanche quand on l’approche) est dangereuse quand les vagues du vent sont formées. Ma deuxième leçon à Sein m’a appris que même avec un vent faible, « la barre » ne doit pas être négligée. Enfin, ma dernière expérience dans le Blanchard au retour m’a permis d’optimiser le franchissement de « la barre » avec Oleo. Cette fois-ci, l’intérieur du bateau est resté sec, mais le skipper à l’extérieur a pris une bonne douche salée.

Naviguer avec bébé

Un bébé qui marche, c’est autre chose qu’un nourisson qui dort. Avec Anso on a eu l’occasion de s’en rendre compte. Après avoir visité le bateau de fond en comble, fait le tour de ses jouets et de tous les objets à sa portée, notre fille s’est vite ennuyée. Il y a donc un travail de fond à mener pour savoir comment occuper ce petit être pendant les navigations et comment faire en sorte que les parents prennent un peu de repos entre temps.

2 réflexions sur « Ce qui change sur Oléo en 2014 »

  1. Jérôme

    Sympa ton blog que je parcours depuis quelques temps. Ton dernier chapitre me fait réagir aujourd’hui sur « Naviguer avec bébé ». Je confirme quand cela dort et que cela ne galope pas .. panny pb mais quand cela commence à galoper … cela fait un travail à plein temps pour les parents … et quand tu en à 2 comme moi 22 moi et 4.5 ans c’est la course.
    Je me pose aussi des questions sur « savoir comment occuper ce petit être pendant les navigations et comment faire en sorte que les parents prennent un peu de repos entre temps. »
    Au plaisir d’échanger sur le sujet.
    Jérôme

    Répondre
    1. Guillaume Auteur de l’article

      Bonjour Jérôme. En effet, plus ça grandit et plus il faut les occuper. Je ne manquerai pas de relater nos progrès et nos ratés sur ce sujet. A très bientôt !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *