Un Raspberry Pi comme ordinateur de bord

Ça y est, un petit Raspberry PI B+ a remplacé le Mini-ITX ! On passe donc de 1A à 300mA de consommation + 200mA de routeur wifi. Ce petit ordinateur, qui peut rester allumé en permanence, offre de nombreux services :

  • Cartographie électronique reliée à l’AIS
  • 4 points d’accès wifi via 2 routeurs R36
  • Serveur de fichiers interne (NFS)
  • Serveur web public et privé
  • Serveur de musique (mpd)
  • Sauvegarde centralisée

Grâce au wifi du bord, smartphones et tablettes peuvent accéder aux données et servir de reports d’écran, bien pratique pour suivre la nav au lit ou dans le cockpit. On peut aussi utiliser ces périphériques comme télécommande pour la musique du bord.

555-mpd-linux

La cartographie électronique est largement assez rapide pour une utilisation en navigation, même avec 200 cibles AIS affichées, c’est fluide. Les zooms sont juste un peu lents quand il y a beaucoup d’informations à afficher.

555-IMG_0247

Les réseaux WIFI ont chacun leur utilité. Les deux points d’accès privés « OLEO PRIVATE » et « OLEO FRIENDS » permettent un accès partagé à Internet ainsi que de nombreux services dont le partage de fichiers.

555-20160125_173222

Les points d’accès public « VOILIER OLEO » et « OLEO SAILBOAT », accessibles sans mot de passe, permettent un accès au blog en version « offline » et aux vidéos du voyage. Nous espérons faire des rencontres en permettant aux voiliers à proximité de nous aborder par ce biais, cependant nous avons encore un peu la flemme de sortir l’antenne après chaque déplacement.

555-IMG_0246

D’un point de vue logiciel, j’utilise « dnsmasq » déployé en deux instances pour deux réseaux indépendants « public » et « privé ». La bonne configuration n’a pas été écrite en une seule journée mais j’ai fini par avoir exactement ce que je souhaitais. Tout ceci est sécurisé via une configuration iptables (firewall) bien blindée.

555-20160125_173308

NFS est utilisé uniquement pour les partages privés. Ce protocole présente l’avantage d’être rapide et stable, on peut grâce à ce système commencer un article sur un ordinateur et le continuer sur un autre sans avoir à faire de transfert, puisque tout est partagé.

555-oleoserv-http

Enfin, un des outils les plus pratiques est sans aucun doute la gestion de la connexion internet. Lorsque nous en avons une, elle est automatiquement partagée avec tous les périphériques du bord (4 ordinateurs, 1 tablette, 1 smartphone). Elle peut être aussi partagée avec d’autres voiliers pour mutualiser les abonnements.

555-Screenshot_2016-01-25-17-02-44Pour conclure, le petit Raspberry s’avère stable et discret, aussi bien pour son encombrement que pour la consommation électrique. Il répond à la majeure partie des besoins du bord. Son seul point faible concerne son horloge qui se dérègle très vite, ce petit inconvénient nécessite une synchronisation NTP avec un autre ordinateur ou un serveur dédié sur internet.

Télécharger au format PDF (imprimable)

17 réflexions au sujet de « Un Raspberry Pi comme ordinateur de bord »

  1. malet

    Guillaume,

    À ton retour je tembauche pour peaufiner les paramétrage à bord du zanzibar. Quel os utilise tu sur ton raspberry ?

    Qu’utilise tu pour le transfert vers l ipad ? Team viewer?

    Certaines infos de ton post dépassent mes compétences mais suscitent mon intérêt.

    Bises à vous.

    Répondre
    1. Guillaume Auteur de l’article

      Salut Laurent. Mon OS est Raspbian et j’en suis content, mais sur les raspberry récents il me semble qu’ubuntu ferait bien l’affaire et serait plus facile à utiliser. On peut même y installer windows il paraît. Sur iPad j’utilise iSSH, un programme très complet qui fait aussi client VNC pour la redirection d’écran. Si tu veux qu’on en discute plus longuement par e-mail je reste à ta disposition. Bises à vous tous.

      Répondre
  2. françois

    Oulà… j’arrive plus à suivre, moi ! J’ai tout juste terminé l’installation du mini-ITX, sur tes bons conseils Guillaume, maintenant vlatipa ot chose avec le raspberry. Bon, sérieux, je crois que je vais rester à ma config actuelle, même avec 1.5A de conso. On a un bon vieux hub ethernet pour que chacun se connecte à internet dans le bateau (on n’aime pas trop les ondes wifi dans notre coque acier, ca fait un peu micro-ondes dedans). Seul petit ajout que nous avons fait à l’extérieur : un booster d’antenne wifi Ubiquity Bullet 2 : une tuerie pour capter la wifi des marinas … quand on est loin au mouillage.
    En tout cas bravo Guillaume, ton installation est impressionnante !
    A+, bon voyage !
    François (www.kejadenn.fr)

    Répondre
    1. Guillaume Auteur de l’article

      Salut François. En effet ton booster à l’air d’être efficace, merci pour l’info. Je te rassure, un petit mini-ITX reste une très bonne configuration, plus rapide qu’un raspberry, même le dernier en date. Au moment où nous en avons parlé, cette option d’avoir un ordinateur de bord sur raspberry n’était pas possible. Puis ces petits appareils très peu consommateurs sont devenus toujours plus puissants au fur et à mesure qu’ils sortaient de nouvelles versions alors en bon passionné, je me suis laissé séduire et si ça se trouve, dans 6 mois je ferai encore une nouvelle mise à jour. Enfin, j’ai aussi commencé avec un petit hub filaire, mais mes bébés ont la fâcheuse manie de prendre les câbles réseau pour des mains courantes et autres ponts de singe… à défaut le wifi s’est finalement imposé, d’autant plus qu’il marche aussi avec les téléphones et les tablettes. A très bientôt et bon séjour aux USA, on reste à l’écoute de votre expérience !

      Répondre
  3. Bruno & Catherine

    Bravo Guillaume,
    Heureux que Raspberry PI B+ t’apporte satisfaction quasi totale ! Ton concept d’écrans déportés (concept logiciel MVC) est le même que ce que nos étudiants ENSTA Br avaient développés pour l’AIS; mais avec Bluetooth entre Raspberry et Tablette (la Vue de MVC).
    Cette année, bien que retraité, nous continuons avec un projet de Carto 3D enrichi en Réalité Augmentée (Lunettes style Google Glass). Le soft initial, Navisu, a été développé par Serge Morvan (Prof Java retraité, voilier acier rouge au bout du ponton !) Voici son produit
    https://sites.google.com/site/testnavisu/
    Si cela t’intéresse, je vous mettrai en contact,
    Bravo pour votre beau sillage,
    Amicalement,
    Bruno

    Répondre
    1. Guillaume Auteur de l’article

      Salut Bruno. Ce système développé avec tes étudiants doit avoir comme avantage de consommer moins encore qu’un routeur wifi, tu me montreras cela à notre retour ! Concernant la 3D je suis persuadé que c’est l’avenir et que nous n’en sommes qu’au début, mon frère Gérald qui est un spécialiste des moteurs 3D et des GPUs ne dirait pas le contraire. Merci pour ta visite, passe le bonjour à Catherine.

      Répondre
        1. Guillaume Auteur de l’article

          Bonjour Serge, bonjour à l’équipe NaVisu,

          Bravo pour ce projet prometteur, la 3D c’est l’avenir ! Certes un Raspberry Pi est un peu limité pour cela, il l’est aussi pour les logiciels de cartographie classiques, c’est pourquoi il sert finalement de serveur tandis que d’autres ordinateurs sont dédiés à la carto. Pour l’instant pour nous, c’est l’arrivée à terre avec son lot de choses à régler, mais dès que tout cela se stabilise je regarderai votre logiciel avec intérêt. Bonne continuation et à bientôt.

          Répondre
          1. Serge Morvan

            Bonjour Guillaume,

            Les prochaines extensions : lecture et affcihage des données netCDF : météo, courants bathymetrie.
            Et avec des étudiants de l’Ensta et de Télécom Brest : utilisation de lunettes ou de tablettes pour de la réalité augmentée, projet Ra-Navisu, sur le même site terre-virtuelle.

          2. Guillaume Auteur de l’article

            Beau boulot Serge. Pourquoi pas envisager le pilotage de Drones marins longue distance avec ce logiciel.

  4. Seb

    Bonjour,

    Une autre possibilité est de prendre les nouveaux ordinateurs en forme de clé… type archos stick. La aussi une consommation faible comme celle de la framboise… mais un windows simple, un systeme relativement puissant…
    OpenCPN fonctionne parfaitement dessus… il me reste plus qu’à intégrer l’AIS…

    Répondre
    1. Guillaume Auteur de l’article

      En effet Seb, encombrement moindre, consommation plus faible encore, la course au petit ordinateur embarqué est lancée pour le plus grand bonheur des gens comme nous à l’écoute d’un tel besoin ! Je l’avoue, je suis plus linuxien que windowsien, plusieurs années avec freebsd puis avec debian et leurs dérivés ont convaincu le passionné d’informatique que je suis même si je conçoit qu’un utilisateur privilégiant la productivité soit plus attiré par des OS intuitifs tels windows, mac ou ubuntu. De nombreux plugins fonctionnent très bien avec windows sur des petits ordinateurs peu consommateurs et c’est tant mieux. Sur ma framboise, un système parfait avec toutes les fonctionnalités que l’on peut rêver nécessitent des compilations et configurations techniques qui ne sont pas toujours à la portée de tout le monde. Je suis bien heureux d’avoir cette connaissance là et de pouvoir suivre cette passionnante aventure qu’est l’évolution des technologies ! Bon courage à toi pour l’intégration de l’AIS… quelque soit l’OS utilisé, cette fonctionnalité devrait fonctionner avec la plupart des transpondeurs du marché qui proposent un port USB. Sous linux, il suffit d’indiquer à OpenCPN le périphérique généré dans /dev (ttyACMxx) ou mieux d’inscrire ce périphérique dans la conf UDEV afin d’être sûr de s’y connecter quand il est disponible. Sous ubuntu ça marche quand on démarre l’OS après le transpondeur, sous raspbian ça marche à tout les coups et c’est génial… vive la framboise !

      Répondre
  5. Seb

    Je fonctionne également sur linux à la maison… mais j’apprécie la simplicité et la puissance de ces nouvelles clés… et j’imagine que le plaisancier « moyen » sera sans doute plus à l’aise…
    Ceci dit, mon installation ne tourne pas encore parfaitement… le gps fonctionne bien…
    A bientôt!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *