Balade dans la baie du Grand Vey

Vent de Sud-Ouest évoluant Sud, 10 à 15 noeuds, nuageux, sans pluie. Dans le chenal de Carentan, Oléo doit offrir un joli spectacle aux promeneurs. Voiles déployées en ciseaux, sans moteur, Anso et moi profitons de ce moment privilégié. Quel plaisir de naviguer en silence dans ce cadre si reposant.

Oleo échoué dans le Grand Vey

Objectif : s’échouer dans la baie du Grand Vey. Sitôt sorti du chenal nous bifurquons à la recherche d’un bas-fond. Manœuvre d’approche, mise à l’eau de la pioche, sondage au fil à plomb, estimation des fonds : tout va bien. Deux heures plus tard, Oleo dévoile ses oeuvre vives : un petit nettoyage ne sera pas de trop un de ces jours. Les quilles sont bien enfoncées dans un sable fin.

Oleo échoué dans le Grand Vey

L’endroit est dépaysant. Des phoques nagent à côté du bateau. Les oiseaux sont nombreux et le sable bruyant, comme si régulièrement plein de petites bulles éclatent. A la tombée du jour l’atmosphère bleuit, il fait déjà nuit quand nous attendons encore l’arrivée de l’eau.

Oleo échoué dans le Grand Vey

Dés-échouage sans encombre. Je n’ai même pas mis d’ancre à l’arrière, le vent se contente de maintenir le voilier dans la bonne direction. De nuit, nous traversons la baie pour mouiller dans le banc de la Madeleine. Bercé par un mouvement agréable de vagues naissantes, nous nous reposons.

Le Grand Vey à la tombée de la nuit

Au petit matin le vent est toujours aussi régulier. Nous levons l’ancre direction la pointe du Hoc au large de laquelle Oléo fait demi-tour vers la baie. Le chenal est traversé à 7 noeuds de moyenne grâce au vent, au courant et un moteur au régime modéré. Nous croisons plusieurs voiliers à la sortie de l’écluse. Manœuvres d’écluse sans encombre. Au ponton, nous sommes accueillis par Régis qui nous aide aux amarres.

Voiliers dans le chenal de Carentan

Voilà. Une petite sortie qui n’a rien d’un exploit. Juste de quoi se faire plaisir, naviguer, profiter des quelques rayons de soleil et rencontrer les amis du port. C’est invité dans le magnifique voilier de Jean-François que nous terminons notre séjour autour d’un dîner qu’il nous a concocté, en compagnie de Régis.

Télécharger au format PDF (imprimable)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *