Archives de catégorie : Lecture / Culture

Guerre et Paix

Avec ses dix mètres de long, Oleo présente un espace intérieur d’environ 20m2 habitables, enfin en étant large. Nous sommes quatre à bord, cela représente donc 5m2 par personne. Vous me direz qu’après avoir vécu en région parisienne pendant des années, la vie en boite nous était déjà familière. Oui, mais à terre, on peut claquer la porte et s’enfuir prendre l’air quand on veut. Sur un bateau, on ne peut pas sauter à l’eau comme ça. Alors, comment fait-on pour ne pas s’entre-tuer ?

Continuer la lecture

La plaisance, c’est le pied !

Imaginez l’eau d’azur limpide, l’air chaud sur votre visage, le sable doré, un voilier qui glisse sans bruit sur une mer d’huile. Allongée sur le roof à l’avant, la femme feuillette une revue en prenant un bain de soleil tandis que le capitaine barre nonchalamment un verre à la main. Fermez les yeux, savourez l’instant car il ne se reproduira pas. Continuer la lecture

Invitation au voyage

L’hiver venu la mer s’éloigne. Froid et mauvais temps invitent à rester près du feu ou sous la couette plutôt que sur le pont !

Alors on lit, on rêve, on s’évade dans un livre. Passionné de récit de voyage, mon cap’tain m’alimente en ouvrages choisis. Les derniers : La voie des glaces, le passage du Nord-Ouest  par Olivier Pitras et Les Brumes et les Soleils des Mers Vikings, Trois ans de navigations dans le Nord de l’Atlantique Nord de Michel Tordoir. Continuer la lecture

Navigation par gros temps

Navigation par gros tempsQu’il est bon d’attraper cet ouvrage avant d’aller au lit, de se plonger dans des histoires de survie en mer, récits mouvementés ponctués d’analyses impassibles et édifiantes sur ce qui fait le succès ou l’échec de telle ou telle initiative. D’apprendre le témoignage et l’expérience de ceux qui ont supporté la tourmente, ce faisant bien au chaud sous une couette épaisse, à l’abri d’un mouillage tranquille et stable. Continuer la lecture

Voyage en mer et savoir-vivre

Les voyageurs qui font route en voilier sont amenés à croiser de nombreux semblables parmi lesquels les équipages d’autres bateaux, les professionnels des ports de plaisance, les autorités et aussi, ne les oublions pas, les locaux. Que ce soit à travers la presse, les livres, via les forums ou le bouche à oreille, voici quelques remontées d’informations. Continuer la lecture

Sept fois le tour du soleil

Sept fois le tour du soleilCet ouvrage de Nicole Van de Kerchove nous invite à partager son voyage autour du monde, un périple en dents de scie entre l’atlantique, le pacifique et l’océan Indien dans le petit « l’esquilo », un sloop de 9m de long.

L’histoire commence en 1968, les années fastes de Moitessier qui entame son tour du monde à la voile un an après avoir croisé l’auteure. Elle est partie seule et reviendra sept années plus tard avec un mari, une petite fille et de nombreux souvenirs. Continuer la lecture

Manuel pratique de la voile

Manuel pratique de la voileEn attendant d’attraper mon train pour 5 heures d’immobilité entre Pau et Paris, j’en profite pour faire le plein de livres et de cadeaux tout en flânant, bien sûr, au rayon des livres nautiques. Entre la pile dédiée à l’expédition « Tara » (par ailleurs fort intéressante) et de nombreux autres ouvrages en exposition, trône le « Manuel pratique de la voile » (édition 2012) de Steve Sleight que je commence nonchalamment à parcourir avec la même arrière pensée concernant ce genre d’ouvrage : encore un nouveau « cours des glénans ». Continuer la lecture

Le bateau qui ne voulait pas flotter

Farley MowatOléo vient de faire sa dernière sortie de l’année sous voile ce week-end avant hivernage, ce afin de donner du temps au travail et au déménagement d’ici le printemps. En attendant, c’est par la lecture que je continue de voyager autour du monde. « Le bateau qui ne voulait pas flotter » fait partie de ces bouquins que je relis pour le plaisir et que je rachète après l’avoir égaré, un bijou d’auto-dérision comme peu d’auteurs savent l’appliquer.

Dans l’aventure de Farley Mowat tout est bancal : son 4×4 surnommé « l’immortel » eu égard aux dégâts dont il est victime et qu’il inflige aux autres, la fameuse goélette construite en bois vert, qui refuse obstinément d’aller à l’Ouest et dont le moteur démarre une fois sur deux en marche arrière (quand il démarre) ; jusqu’au pays lui-même, ses usines de morues et ses irréductibles habitants. Continuer la lecture