Icebergs en vue !

Deux jours de navigation dans le brouillard sur la côte ouest de Terre-Neuve. Le troisième jour, le soleil brille pour notre traversée vers le Labrador. Le vent est bon, la mer est soyeuse, tout est réuni pour une belle journée.

555-20160624_200802

A mi chemin du détroit de Belle-île, Oleo est soudain entouré de baleines. On voit leur souffle, leur dos et parfois leur queue. Il y en a de tous les côtés. On ne sait plus ou donner de la tête. Charlie trépigne, Axelle ne comprend pas la raison de toute cette agitation.

555-IMG_5320

Finalement, on aura vu plus de baleines que de voiliers par ici. Depuis New-York, on a quitté les routes de navigation classiques et depuis Halifax, on n’a pas vu de voiles déployées… Des pêcheurs par contre.

555-IMG_5346

Plus loin, nos premiers icebergs apparaissent. C’est magique. Ils dérivent vers le sud le long de la côte du Labrador, à quelques milles de nous, imposants déjà. Quand on arrive à L’Anse aux Loups, il y a un growler dans la baie (morceau de glace moins important qu’un iceberg mais néanmoins volumineux).

555-20160625_103425

Ici, on fait des courses. Il y a de la crème fraîche et de la soupe en boite. Bon, ce ne sont pas les standards français, mais on s’habitue. Ensuite, c’est promenade à la plage pour les filles et bateau pour le capitaine.

555-P6233380

La mer est glaciale. La vaisselle douloureuse. On va devoir faire chauffer l’eau à présent. Le matin, il fait environ 11 à 12° dans le bateau, ça monte vite avec le poêle. On vit entre 15 et 17° et on ne s’en plaint pas (en général), sauf le soir où, la fatigue aidant, le froid se fait plus vif.

555-IMG_5416

Dehors, il y a deux mondes. Celui du brouillard givré, quand le vent cingle le bateau dans des limbes monochromes. Il fait 2 à 3°, des gouttelettes d’eau recouvrent Oleo. Les doigts gèlent dans les gants. On croise d’énormes icebergs sans même les voir, sauf au radar. On les entend pourtant. La glace craque et les vagues brisent sur leurs parois.

555-IMG_5358

Il y a aussi les prémices de l’été, lorsqu’on approche de la côte. Un vent de terre souffle la brume et découvre des paysages infinis. On voit à perte de vue. L’air tiède embaume l’odeur des sapins et celle, minérale, de la rocaille. Le fond de l’air est frais,10 à 12°, mais au soleil et à l’abri du vent, il fait délicieusement bon. Des bandes de phoques se dressent hors de l’eau, intéressés.

555-IMG_5371

La présence d’icebergs rend la navigation plus difficile encore, surtout par temps de brouillard, mais tellement plus belle. Les filles jouent à l’intérieur comme si de rien n’était. Charlie voudrait grimper sur la glace, Axelle aimerait aller dans l’eau, on jugule leurs velléités.

555-P6253478

A force d’avancer, on arrive à Mary’s Harbour. Le lendemain, c’est exceptionnel, il fait 25°, un soleil de plomb. C’est dimanche. A terre tout est fermé mais on découvre les mouches et des espèces qui attaquent. Axelle a des piqûres tellement profondes autour des oreilles qu’elle saigne.

555-P6263527

L’accueil est timide ici. Les rares habitants rencontrés parlent un anglais d’une espèce indéterminée qui nous fait douter d’avoir appris la même langue. Pourtant, Mary’s Harbour a tout pour plaire : un mouillage bien abrité, de jolies maisons blanches ou colorées, un supermarché, un bureau de poste et une pompe à essence (on n’a pas encore trouvé quelqu’un pour nous en servir). En attendant une bonne météo, on se promène sur les routes de terre du village.

Télécharger au format PDF (imprimable)

8 réflexions au sujet de « Icebergs en vue ! »

    1. Guillaume

      Merci François ! Nous sommes en même temps ravis de slalomer entre les glaçons et dans l’attente d’une fenêtre météo clémente pour traverser jusqu’au Groenland avec nos deux petites. Profite bien de Chesapeake, on compte sur toi pour nous raconter en détail comment c’était.

      Répondre
  1. Philippe

    Ouf, vous voilà dans un autre monde, les copains. Tout à fait! Je ne vous avais pas prévenus au sujet des Newfees (petit surnom amical des New-Foundlanders). Vous n’êtes plus aux Îles de la Madeleine. Les gens du Labrador sont plus timides et se cachent derrière leur job, leur char, et leur langage un brin local. Par contre, si vous voulez prendre une petite pause des grollers (les frissons dans le dos juste à écrire le mot), vous pouvez entrer dans Lake Melville, un peu plus haut et filer jusqu’à Happy Valley – Gosse Bay tout au fond. Là, je vous recommanderai quelqu’un qui pourra vous y bien recevoir. C’est un des points de chute les plus éloigné de Montréal pour ma fille qui y est allée en camping à travers la Trans Targa il y a quelques années. Elle en est revenue complètement ébahie.

    PS Merci pour la pub! La version finale sort incessamment. Vos copies sont réservées.

    Répondre
    1. Guillaume

      Bonjour Philippe ! Pour te rassurer, nous nous sommes finalement arrêtés à Williams Harbour où les « Newfees » de ce tout petit village isolé sont fantastiques. Nous nous régalons avec les saumons, coquilles St Jacques, crevettes et crabes que les pêcheurs locaux nous apportent. Le Labrador est une région d’une toute beauté avec ses bras de mer, son relief marqué, ses lacs de montagne et le balai des icebergs au large. Merci pour ce point de chute possible, nous ne manquerons pas de te dire s’il nous serait utile en attendant notre fenêtre pour traverser. On reste à ton écoute pour la version finale.

      Répondre
    1. Guillaume

      Salut les amis, oui c’est de l’aventure et on aime ça ! De votre côté restez ce que vous êtes. Quand on a un petit coup de blues, rien de plus efficace que de se rendre sur un blog plein d’imagination, d’humour et d’images de gens heureux sous le soleil des îles… pour cela une seule adresse, celle de Bernard et Sandra ! Bises à vous deux et à vos joyeux amis.

      Répondre
  2. Bruno & Catherine

    ABSOLUMENT SUPERBE,bravo, et prenez soin de vous et OLEO, que l’Atlantique Nord soit concilant avec vous.
    A+, peut-être en Ecosse, Amitiés,
    Bruno & Catherine, sur le point d’appareiller

    Répondre
    1. Guillaume

      Bon vent à vous deux et profitez bien de l’Écosse ! Vous connaissez tellement bien ce pays que vous allez pouvoir rédiger un guide sur ces magnifiques contrées ;). Merci pour vos encouragements et bon vent en attendant de nous croiser à nouveau.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *