Toujours sans frigo, mais aux Caraïbes

Le début de notre voyage a mené Oleo dans des contrées tempérées où le frigo ne nous a pas vraiment manqué. Nous avions dans les fonds du beurre et du fromage, les restes se conservaient un ou deux jours et le rosé restait frais. Mais aujourd’hui, aux Caraïbes ?

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il fait chaud ici. 30° la journée, rarement moins de 26° la nuit. L’eau est généralement à 28°, les fonds sont donc à la même température. On ne peut plus compter dessus pour conserver du frais. Finis le beurre, le fromage et la bière fraîche. Les restes ne se conservent plus du tout. Le lait dans les biberons des petites tournent en quelques heures, bonjour l’odeur.

La seule manière de garder des aliments cuisinés 24 heures sans qu’ils s’abîment consiste à les cuire à la cocotte minute et laisser celle-ci sous pression, sans l’ouvrir, jusqu’au lendemain. Cette technique nous a servi à conserver de la dorade coryphène jusqu’au lendemain pendant la transat’ ou pour cuisiner du poulet le soir en prévision d’une journée de navigation le jour suivant.

Notre régime alimentaire est donc devenu un peu plus déprimant, d’autant que les occasions de faire les courses ne sont pas si nombreuses. Pâtes au thon, taboulé, poêlées de légumes mi-boite / mi-frais, omelettes garnies, riz provençal, purée, haricots rouges, semoule aux légumes, pamplemousse, orange, ananas, pastèque, voilà notre ordinaire. La chaleur n’invite pas à la cuisine.

Côté boisson, si l’eau est bien sûr essentielle, jus de fruits et sirop de menthe filent vite. Pour les grands, la plupart de nos bouteilles restent dans les stocks, que voulez-vous faire d’un muscadet, d’une bière, d’un rosé, même d’un champagne chaud ? Reste le rhum qui lui peut se boire à température ambiante. En plus, il se vend en cubi…

Néanmoins, de temps à autre, les repas de fond de cale ne sont pas si mauvais. Je vous en livre ici quelques recettes, sans aucune obligation d’essai !

Le boulgour à ma façon :

Faites fondre un oignon à l’huile d’olive dans une casserole. Réserver dans un bol. Dans la même casserole, faites bouillir de l’eau douce avec un bouillon cube. Cuire le boulgour avec 4 cuillerées à soupe de lentilles, égouttez. Dans la casserole, mélangez le boulgour aux lentilles avec l’oignon cuit, une briquette de coulis de tomate, 2 cuillerées à soupe de beurre de cacahuète, sel, poivre, piment doux.

C’est bon, ça cale, parfait pour la nav’.

Les pâtes curry-coco :

Faites cuire des pâtes al dente, égouttez. Dans la casserole, versez 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive, 3 gousses d’ail écrasées, faites revenir. Avant que l’ail colore, versez les pâtes dessus, ajoutez une briquette de lait de coco et une bonne dose de curry un peu relevé. Servez.

Le riz sucré-salé

Faites revenir dans un fond d’huile d’olive un oignon émincé avec des abricots secs coupés en deux, des figues coupés en quatre, une courgette ou un poireau en lamelles. Ajoutez quelques poignées de riz, un bouillon cube. Couvrez d’eau bouillante et ajoutez-en au fur et à mesure jusqu’à ce que le riz soit cuit. Parsemez de noix de cajou, un peu de sel, de poivre, de cumin.

Bon appétit !

 

Télécharger au format PDF (imprimable)

6 réflexions au sujet de « Toujours sans frigo, mais aux Caraïbes »

  1. Catherine P.

    Anso, tu es vraiment douée pour la cuisine…! ( en plus de tout le reste , y compris la natation synchronisée !…)
    J’espère , Guillaume que tu en es conscient…! ( toi aussi tu es doué pour la natation synchronisée !!)

    Répondre
    1. Anso Auteur de l’article

      Merci Catherine. Il y a parfois des ratés dans ma cuisine mais en général Guillaume apprécie !
      Quant à la natation synchronisée, je crois qu’on a encore du boulot 😉

      Répondre
  2. juliette BARBEROT

    Bonjour, ça a l’air bon tout ça, le riz sucré/salé me tente bien. c’est vrai que l’on ne se rend pas compte de ces tracasseries, nous qui avons tout à disposition : toute sorte de nourriture et toutes sortes d’équipement. Vous pouvez vous régaler de fruits à défaut de viande et de poissons. je vous embrasse

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *