Guerre et Paix

Avec ses dix mètres de long, Oleo présente un espace intérieur d’environ 20m2 habitables, enfin en étant large. Nous sommes quatre à bord, cela représente donc 5m2 par personne. Vous me direz qu’après avoir vécu en région parisienne pendant des années, la vie en boite nous était déjà familière. Oui, mais à terre, on peut claquer la porte et s’enfuir prendre l’air quand on veut. Sur un bateau, on ne peut pas sauter à l’eau comme ça. Alors, comment fait-on pour ne pas s’entre-tuer ?

Ce n’est pas l’envie qui nous en manque parfois, mais on résiste et on s’adapte. Tout d’abord, l’aménagement intérieur d’Oleo est très ouvert et clair, pour une sensation accrue d’espace. Pas de cabine fermée, en fait pas une seule porte, même aux toilettes. Rassurez-vous, de jolis rideaux préservent un semblant d’intimité.

Il faut juste accepter de perdre tous ses secrets de fille et s’épiler dans le carré tout en racontant une histoire aux enfants. De toute façon, dès que vous franchissez le seuil de la salle d’eau, les petites s’y précipitent pour savoir ce qui s’y passe et commentent sans pudeur. Alors, on s’exerce à prendre avec humour ces désagréments et à détourner le regard quand il faut.

Quand chacun avait son boulot, Charlie à la crèche et Axelle à l’état de projet, on n’était pas les uns sur les autres 24h/24. Maintenant, on apprend à s’extraire de temps en temps, à s’isoler dans un livre, dans une tâche à accomplir, à aller sur le pont quand les autres sont dedans ou inversement afin de souffler un peu. Parfois, l’un de nous a besoin de plus de temps pour lui, pour ne pas s’épuiser, ça varie en fonction des périodes.

Trouver un équilibre entre des temps familiaux, des temps de couple et des temps personnel n’est pas évident. Les besoins de chacun évoluent tout le temps, il faut s’ajuster à chaque instant. C’est un sacré défi qui ne va pas sans heurts.

Apprendre à me servir seule de l’annexe et de son moteur par exemple, m’a permis de me sentir plus autonome. Pouvoir aller à terre sans aide, pouvoir quitter le bateau par ses propres moyens est important. Nous avons aussi remanié plusieurs fois l’organisation et la répartition des tâches dans notre couple et ce n’est sans doute pas terminé. L’essentiel est de pouvoir communiquer et améliorer le fonctionnement familial au fur et à mesure.

Ces challenges ne sont pas inhérents au bateau, mais l’exiguïté, le confinement, la promiscuité permanente, exacerbent étonnamment ces problématiques.

Télécharger au format PDF (imprimable)

11 réflexions au sujet de « Guerre et Paix »

  1. Xavier

    Ah les joies de la promiscuité. Je comprends parfaitment ce que vous vivez.
    L’important c’est de parler pour ne pas faire trop monter la pression dans la cocotte.
    Mais vous faites déjà tout ça.
    Profitez bien du soleil et de la chaleur tant que le pont est encore un lieu d’exile acceuillant 😉
    Gros bisous

    PS : On veut une video, on veut une video, on veut une video……….

    Répondre
    1. Anso

      Coucou, Guillaume a fini de coudre le taud de cockpit intégral qui nous permettra d’aller bouder dehors même si le temps est gris ou pluvieux ! Bisou

      Répondre
  2. Nathalie B

    il faut profiter des escales pour prendre un peu de temps pour soi. J’ai travaillé pendant 11 ans avec mon mari 24h/24, on avait mis en place un jour de repos sur 2 différent pour retrouver un peu de liberté. Bonne continuation

    Répondre
    1. Anso

      Merci ! C’est vrai, il faut trouver des trucs pour se reposer et l’alternance un jour sur deux est une bonne idée. Nous le faisons par exemple quand on dine au resto avec des amis, si les petites sont trop fatiguées, il y en a un qui les garde au bateau et on change la fois suivante.

      Répondre
  3. Anne

    Coucou anso. Si les problematiques du quotidien sont exacerbées, les joies le sont-elles également? Comme la douche de retour de camp, tellement plus intense que toutes les autres douches alors que l’eau est pourtant la même. 2 ans à 200% finalement. Beau mais fatigant. Nous aussi on veut une vidéo, on veut une vidéo..

    Répondre
    1. Anso

      Heureusement que les bons moments sont aussi extraordinaires ! Et tu as raison, c’est génial, mais fatiguant. Ce soir, pour la première fois depuis des mois, on confie les filles pour la nuit aux grands-parents qui sont venus nous rejoindre de l’autre côté de l’atlantique, une grasse mat’ en perspective ! Bisou

      Répondre
      1. Anne

        Un nouveau moment extra-ordinaire en perspective alors ! Que j’espère ne pas vous avoir pourri en essayant de t’appeler.. Je ne sais jamais dans quel sens se fait le décalage 😉 bonne nuit alors 🙂

        Répondre
        1. Anso

          On a dormi comme des bébés et je ne me suis levée qu’à 9h30, le luxe ! Ici, on a 5 heures de moins que la France. A l’heure où j’écris, il est 17h chez nous et 22h chez vous ! Biz

          Répondre
      2. Philippe & Catherine

        Et qui plus est, garder nos 2 adorables petites filles est un bonheur,
        – le câlin bilan de la journée avec Charlie au coucher, sur les navions (avions pour les intimes ) et le gros chien gentil (mais inquiètant)
        – le fusil du regard d’Axel « Nonmékéce yfousula ici » le matin au réveil,
        – …
        Papi Mamie

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *