Entre plage et montagne

Les éclairs déchirent l’obscurité, gronde le tonnerre dans la nuit. Leur lumière blanche illumine à chaque instant la plage surplombée de montagnes abruptes près de laquelle nous sommes ancrés. Des pluies torrentielles crépitent sur le roof. L’orage est au-dessus d’Oleo.

555-20151006_190717(0)

Ce fut notre premier contact avec l’archipel de Madère après 4 jours de traversée pénible dans une mer hachée. Nous avions cru y trouver un abri, un peu de repos. Ballottés par les vagues près du rivage, il est impossible de dormir. Même par terre, là où le roulis se fait le moins sentir, on ne peut fermer l’oeil.

A quelques encablures, le petit port de Porto Santo nous nargue. D’après nos informations, il est cher, très cher, et bondé, surpeuplé. Arrivés avec la nuit et le vent, nous n’avons pas eu le courage d’y entrer de peur de ne pas avoir de place. Mais après cette nuit sans sommeil, nous n’attendons qu’une accalmie pour lever l’ancre et tenter notre chance.

555-20150928_114350

Enfin les nuages sont balayés. Nous arrivons au port pour le trouver presque désert. Des places, il y en a à la pelle. Au ponton, dix mains accueillantes saisissent nos haussières pour les tourner aux taquets, nous voici arrêtés. ça parle français en tous sens, nombre de voiliers arborent notre pavillon, mais battent également les drapeaux allemand, hollandais, suédois, norvégien, canadien et anglais.

555-P9261512

Des enfants jouent sur les pontons, Yuna et Paol par exemple, deux petits bretons autour du monde. Nous faisons connaissance des parents autour d’un verre ou d’un repas. Charlie fait un peu sa timide, Axelle ouvre ses grands yeux et observe en silence.

555-P9261509

Le soleil commence à taper, Guillaume entame la confection d’une protection anti-UV pour l’annexe qui est en PVC ainsi que pour le moteur hors-bord. La machine à coudre et le tissu, les aiguilles, les renforts et le fil envahissent Oleo. Je fuis avec les petites du côté de la plage.

555-P9261516

On peut enfin se baigner, l’eau est à 24°, un délice. Fond de sable doux, eau limpide, une température extérieure de 27° avec un petit vent agréable, c’est l’été ! On alterne baignade, jeux dans le sable, cerf-volant. Les petites sont tartinées de crème solaire de la tête aux pieds.

555-P9271529

Pendant 3 jours, Guillaume coud tandis que je passe des courses au village à la plage, au toboggan et à la balançoire, poussette à la main et porte-bébé sur le dos. Le quatrième jour, on inverse, je m’occupe du bateau pendant que Guillaume emmène les filles.

555-20150926_223240

Il est temps de quitter Porto Santo, mon frère Vincent va atterrir à Madère, l’île principale, dans quelques jours. Au moment de payer le port, la surprise est bonne car au gré d’un changement d’équipe, le prix du port à largement été revu à la baisse. Après la traversée entre les deux îles, nous faisons une halte au mouillage à Baia da Abra et nous voilà ensuite à Funchal, la capitale de l’archipel. Le port est très (trop) animé. Nous trouvons une place contre un quai inconfortable, frôlés sans cesse par des catas plein de touristes voyeurs.

555-20150929_171713

La cité est belle, riche, propre, ombragée par de magnifiques arbres et colorée de fleurs exotiques. Les rues sont pavées de noirs et blancs ou de galets, les portes et volets de la vieille ville peints d’oiseaux de paradis, paysages et portraits. Funchal est construite à flanc de montagnes, la nuit, des milliers de lumières se déversent de leurs pentes jusque dans la mer, le port au centre de ce tableau féérique.

555-IMGP4417

Du téléphérique qui gravit la montagne jusqu’à Monte, on voit que la ville a su garder aussi la trace de ses origines : des bananeraies, des coteaux broutés par les chèvres, des vignes parsèment ça et là les quartiers. En haut, la vue est splendide bien que le temps tourne à la pluie.

555-IMGP4389

Notre halte en compagnie de Vincent nous mène également à la visite d’une cave de vin de Madère dont la partie la plus sympathique est bien sûr la dégustation finale. Celle-ci nous convainc de repartir avec quelques bouteilles supplémentaires.

555-20151002_133909

Le lendemain, nous partons à l’assaut des montagnes dans un bus local. Nous suivons à pied une levada, petit canal du système d’irrigation mis en place pour amener l’eau des sommets vers les vallées. La promenade est magnifique à l’ombre de la forêt jusqu’au coeur des montagnes.

555-IMGP4441

Puis nous quittons Funchal pour aller à Machico, petite ville calme et accueillante. Nous prenons une place sur un quai pour les bateaux de pêche, juste à côté de Rock’n Roll dont nous avions rencontré les occupants à Porto Santo. C’est l’occasion de faire plus ample connaissance avec ce couple franco-brésilien et leur fille de 11 mois. Le soir, Pedro nous cuisine une feijoada délicieuse et nourrissante.

555-20151006_190831

Après le départ de Vincent et la fin du coup de vent, nous profitons de la plage pendant que Guillaume confectionne la toile de notre bimini afin de nous procurer de l’ombre dans le cockpit. Nous goûtons les fruits et légumes délicieux de Madère, cultivés sur place et mûris à point.

555-P9261520

Le vent tourne enfin en notre faveur. Ni une, ni deux, nous larguons les amarres en direction des îles Selvagens, réserve naturelle de Madère pour lesquelles nous avons obtenu un permis de visite. ça tombe bien, c’est sur notre route vers les Canaries.

555-20151006_201912

Télécharger au format PDF (imprimable)

12 réflexions au sujet de « Entre plage et montagne »

    1. Anso

      Oui, merci pour tes photos ! Heureusement que tu me les a envoyées, on en manquait pour illustrer l’article. C’était vraiment bien de t’avoir à bord. Bisou

      Répondre
  1. sigrid

    Bom dia ! ça y est, on dirait que l’été vous a enfin rejoints ! chouette de voir Vincent sur les photos (bises à toi, Vincent)
    Merci beaucoup Anso pour la carte postale, nous avons déménagé entre temps (banlieue, eh oui ça y est) mais la Poste a pour une fois daigné faire suivre
    Greg c’est Carpentier 😉

    Bises à vous 4. Bientôt la grande traversée !
    Sigrid

    Répondre
  2. Véro

    Hello Oléo,

    Toujours un vrai plaisir de vous suivre au gré de vos aventures ! Merci pour votre carte.
    Dis Anne-So, vu la photo d’Axelle, je crois bien que tu as confondu crème solaire et sable fin ! Ca protège moins bien du soleil le sable tu sais !!!

    Vous avez une idée de votre parcours pour les prochains mois ? Je regarde la destination de mes prochaines vacances et pourquoi pas en profiter pour venir croiser votre route et vous faire un coucou….

    Bises
    Véro, Zoé, Arthur

    Répondre
    1. Anso

      Salut Véro, il faut dire que le sable colle mieux quand les enfants sont bien tartinés de crème solaire ! Je t’envoie un mail pour compléter. Biz

      Répondre
  3. Bruno

    Bravo pour arriver à toujours maintenir ce site dans la durée et de continuer à nous faire vivre votre voyage.
    Bravo à Guillaume pour la couture cela ne doit pas être très aisée dans un espace restreint
    Biz à tous les quatre

    Répondre
    1. Guillaume

      J’avoue qu’on a un peu plus de mal à maintenir le rythme du début depuis que nous sommes au soleil, heureusement vos visites nous aident à trouver le temps de le faire ! Anso a pris la main sur les articles et les photos avec brio, j’en suis très content. Pour la couture c’est un vrai travail d’équipe car il faut aussi gérer le quotidien, l’espace vital, etc. impossible à gérer tout seul.

      Répondre
  4. Nola

    c’est vraiment sympa de voir les photos de Madère mais aussi de Guillaume dans sa couture ! On sent que le voyage est beaucoup plus varié quand il y a des possibilités de visiter un peu l’intérieur des îles et côtes que vous abordez. Les filles ont l’air d’en profiter et j’espère que cela va continuer ainsi pour les semaines à venir. Nous attendons avec impatience le reportage des Canaries, vous nous tenez en haleine ! bises à vous quatre.

    Répondre
    1. Guillaume

      Merci à Anso qui prends des photos de nous tous pour que vous puissiez en profiter. Les filles profitent de plus en plus du soleil et de l’eau, elles barbotent souvent, Axelle est toute contente dans sa bouée siège et Charlie fait la planche avec ses brassards. Bientôt, un article pour relater les péripéties de nos filles sur les plages de sable noir des Canaries !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *