Mouillages en Normandie, Bretagne et Atlantique

Voici les 42 mouillages pratiqués (ou tentés) avec Oléo pendant le voyage d’été 2014, sur les côtes normandes, bretonnes et atlantiques, seul ou en famille. Chaque mouillage possède une notation-impression comme suit :

  • * : regrettable
  • ** : plutôt bien
  • *** : excellent

Normandie

Normandie

 

Iles St-Marcouf **

Le mouillage habituel, situé au SO de l’île de terre s’est vu récemment doté de deux coffres prioritairement destinés au chantier de rénovation du fort. L’abri est un peu précaire mais il est agréable de se trouver un peu à l’écart de la côte et de son agitation, le temps d’une nuit.

Tatihou **

Mouillage classique à côté de St Vaast-la-Hougue, abrité du secteur Ouest. Fond de sable de bonne tenue en général mais il est cependant prudent d’oringuer. La petite île de Tatihou est sympa, mais l’activité de pêche autour du port de St Vaast est incompatible avec une grasse mat’ tranquille.

Omonville-la-rogue *

Mouillage d’attente classique en amont du raz Blanchard, il propose des bouées visiteur gratuites. En revanche celles-ci sont exposées à la houle quasi-permanente et l’endroit peut devenir intenable par secteur N à SSE. En saison il y a beaucoup d’agitation. La petite anse de St Martin à l’Ouest est plus calme et un peu mieux abritée.

Cherbourg, petite rade **

Au Sud de la petite rade à Cherbourg, devant la digue du port de plaisance, le mouillage est toléré sur une zone restreinte, le reste étant destiné au port militaire. L’endroit est quasiment toujours abrité mais l’environnement est assez bruyant. Pratique cependant pour attendre la renverse à l’abri.

Cherbourg, grande rade ***

Lors de mon voyage retour j’ai jeté l’ancre à l’extrème NE de la grande rade. Une très bonne surprise. Ce n’est pas l’endroit rêvé pour débarquer en annexe, la digue étant interdite à l’accostage et le trajet étant trop long pour se rendre en ville. En revanche l’endroit est calme et plat, la zone de circulation est assez éloignée pour ne pas gêner, le fond est de bonne tenue là ou il y a du sable et personne n’est venu me déranger. Un plan rêvé pour passer une nuit tranquille.

Herm, The Pool ***

En face de Guernesey il y a la petite île de Herm dont le SO est constitué d’une petite baie bien abritée. Avec une houle d’Ouest et un vent d’Est le mouillage était idéal. L’endroit est calme et beau, même les récifs à l’Ouest sont jolis quand ils apparaissent à marée basse. Cependant il faut faire attention au courant traversier qui peut forcir et au manque de place autour des bouées privées qui occupent le centre de l’abri.

Sercq – Derible bay **

Magnifique baie, comme la plupart des mouillages à Sercq. Mais la houle entre facilement et en été les bateaux à touristes passent souvent par Derible. Il vaut mieux mouiller à Dixcart juste à côté… quand il reste un peu de place.

Bretagne Nord & Finistère

Bretagne Nord & Finistère

Brehat ***

Le mouillage de la Chambre est l’un de mes préférés. A l’Est on échoue sur un fond dur surmonté de 5 à 20 cm de vase molle. A l’Ouest, il est encore possible de mouiller entre deux bouées visiteur payantes. Ce jour là je ne voulais pas échouer et le coefficient de marée me permettait d’être à l’abri entre les bouées et la zone qui échoue.

Les Sept Iles **

L’archipel, un paradis pour les oiseaux, est interdit à la navigation et à l’accostage, sauf sur l’île principale. Le mouillage sud propose deux bouées utiles pour une visite rapide et il existe aussi un petit espace à l’Est avec du fond de sable. Cependant le mouillage protège mal de la houle toute direction et la ronde des bateaux à touristes est fréquente en été.

Pointe Beron ***

Bon abri de secteur O, qui croche bien, au sud de port Bloscon, une nouvelle marina qui est elle-même accueillante. L’endroit est désert et calme, j’y suis resté une nuit pour partir tôt le lendemain. Sortir du lit dans un endroit si calme et si stable n’a jamais été aussi difficile.

Ile de Batz ***

Port Kernoz est une valeur sûr pour échouer, notamment la anse NO sur fond de vase dure et algues. L’environnement est reposant et l’île accueillante. On ne vous dira rien si vous empruntez une bouée, cependant il y a de la place pour échouer à l’ancre, option que j’ai finalement adoptée après avoir emprunté la bouée d’une grosse vedette, surdimentionnée pour mon petit voilier.

Aber Wrach **

L’endroit est un vrai abri, stable et reposant. Très calme la nuit et peuplé d’une nuée de dériveurs et autres petites embarcations en journée. Cependant la place disponible pour mouiller est de plus en plus réduite. Le port de plaisance accapare le meilleur espace avec ses nombreuses bouées au tarif exorbitant. Lors de mon dernier passage, j’ai mouillé dans le chenal avec 4 autres voiliers en amont de ces nombreuses bouées désertées.

Ouessant – Lampaul ***

Quand le moment est bien choisi, en l’occurence quand la houle n’est pas de secteur SO, le mouillage de Lampaul à Ouessant est magique. Que ce soit à l’ancre sur fond de sable ou sur une bouée gratuite mise à disposition des plaisanciers, l’ambiance est bon enfant et l’île jolie et accueillante.

Molène ***

Petite île plantée dans les cailloux entre Ouessant et la côte. Le mouillage Nord protège de la houle d’a peu près tous les secteurs sauf NO. Le mouillage propose des bouées visiteur payantes mais il y a encore assez de place pour mouiller. Avoir un faible tirant d’eau est un avantage certain.

Anse de Camaret ***

A l’Est du port et de ses bouées, la petite anse, fond de sable fin, protège parfaitement des secteurs SO à NE. Je m’y suis mis à l’aller avec un vent soutenu d’ENE, Oleo était bien stable. Un petit havre à l’écart de l’agitation portuaire.

Pen-Hir **

Sauf la boite de nuit qui arrose la baie en soirée, l’endroit est très paisible et il y a de la place. L’approche depuis le raz de Sein fait un peu peur, on ne voit que des roches abruptes, mais une fois sur place la protection est bonne et le fond de sable et de roche est vaste. Oringuer par sécurité.

Ile de Sein ***

Les meilleures places sont réservées aux petits tirants d’eau et aux bateaux échouables. Fond de sable et de roche mais plutôt plat. Le charme de l’île est incontestable, au point que certains n’hésitent pas à prolonger leur séjour.

Sainte-Evette ***

Petite anse bien protégée au sud d’Audierne, il y avait une houle de 2 à 3m d’Ouest quand je suis arrivé, malgré tout le mouillage était stable. Bouées à 10€ à l’Est du mouillage ou fond de sable plus en arrière pour y mettre la pioche. En été, la petite douche à 2€ fait du bien, on peut y aller même si on est pas sur bouée.

Iles de Glenan **

Sans aucun doute un paradis pour la pioche. Entre les nombreuses petites îles un vaste fond de sable fin et peu profond permet de mouiller un peu n’importe où. Pour couronner le tout l’eau est claire. Cependant je suis venu en saison et n’ai pas trop apprécié l’agitation, les vedettes bruyantes qui tournent en permanence et les paquebots à touristes qui passent très près des gens au mouillage. Cela dit, les habitués doivent certainement connaître des endroits sympa même en saison.

Bretagne Sud

Bretagne Sud, Quiberon

Lomener *

Ces petites anses au sud de Lorient seraient très utiles pour une halte s’il était possible de les pratiquer. Il faut d’abord franchir une dense forêt de casiers pour s’apercevoir que toutes les baies du coin sont monopolisées par des bouées privées pour petites embarcations. En cherchant bien on peut trouver un petit coin tranquille, mais l’endroit ne vaut pas la peine qu’on s’y attarde.

Magoero ***

Il s’agit d’un simple récif planté sur la vaste plage de sable. La protection est bonne par secteur N à E, surtout par marée basse en l’absence de houle de SO. La plage est agréable, l’endroit suffisamment reculé pour être tranquille, un bon plan pour être seul au mouillage.

Plage du Fogeo (Crouesty) **

Une anse ouverte au sud à proximité de la marina du Crouesty. Par temps calme et vent de secteur N elle est tout à fait pratiquable, autrement le clapot risque d’être désagréable. Sur ce genre de plage, les écoles de voile, délimitations de plages et autres chenaux balisés prennent de la place. Il faut mouiller plutôt à l’Est (même si c’est moins protégé) pour ne pas être dérangé.

Houat **

La grande plage est bondée, mais elle est effectivement grande, donc on trouve sa place sans problème. L’ambiance est aux vacances. Une zone de baignade est délimitée, les voiliers et vedettes doivent mouiller derrière bien que la règle ne soit pas toujours respectée.

Hoedic ***

Le charme d’une petite île, avec de petits mouillages. Dans la anse située à l’Est, Oleo a pris des risques pour se mettre juste devant la plage, puis d’autres bateaux ont pris encore plus de risques en allant s’échouer devant. Visiter l’île en vaut la peine. Le petit port au Sud (qui assèche) est génial, manque de temps nous n’y sommes pas allé.

Belle-Ile, pointe du gros rocher ***

En passant au nord de Belle-Île, nous avons mouillé au hasard derrière le gros rocher par vent de secteur O. On ne peut plus calme et tranquille, il y a un peu de place derrière les bouées privées et la plage est presque deserte.

Belle-Ile, grand village **

Une anse plutôt bien protégée, nous étions trois ou quatre voiliers et il restait de la place. Ce n’est pas le meilleur mouillage de Belle-Ile et nous n’y sommes pas resté très longtemps.

Atlantique Nord

Atlantique Nord

Yeu, pointe du Chatelet **

L’un des rares mouillages protégés sur la côte sud de Yeu est agréable, mais investi de nombreux coffres privés pour petites embarcations. N’arrivez jamais au sud de Yeu de nuit, il y a une véritable forêt de casiers à franchir.

Yeu, grande conche *

Pour se protéger un peu d’une houle d’Ouest nous avons essayé la grande conche. La houle était toujours présente, des coffres nous empêchaient de nous placer correctement et les fonds très variables ne mettent pas en confiance.

Ré, rade de St Martin ***

Malgré la houle de secteur ONO et le vent, nous avons mouillé au sud de cette baie immense à proximité de St Martin. La nuit a été excellente, stable, calme et paisible, une très bonne surprise.

Ré, rivedoux **

En revanche, le clapot arrive facilement jusqu’à la plage de Rivedoux, un mouillage qui s’est avéré un peu rouleur. De nombreux bateaux sont soit amarrés à l’un des nombreux coffres sur place, soit à l’ancre. La plage est agréable, le village aussi, mais attention si vous arrivez de nuit aux bateaux sur coffres qui ne jugent pas utile d’allumer leur feu de mouillage.

Oléron, Anse de la Maleconche **

Une grande anse qui offre beaucoup de place, mais un peu rouleuse par vent d’Ouest. Il est difficile de s’approcher près de la plage à l’Ouest de la anse, les fonds étant très hauts.

Oléron, Boyardville ***

Un peu rouleur aussi, mais bonne ambiance et possibilité de mouiller très près de la plage sur ce mouillage où se côtoient des plaisanciers, des nageurs et de nombreux engins flottants en provenance de l’école de voile.

Aix, pointe Sainte Catherine *

Fonds irréguliers, beaucoup de courant, impossibilité de débarquer au niveau du fort qui est interdit et sur la plage surveillée, interdite aussi. Les maîtres nageurs passent leur temps à siffler les annexes qui tentent de débarquer.

Oléron, Trompe-sot *

Ce mouillage a l’avantage d’être juste devant Saint-Trojan. Mais il est envahi de bouées privées très rapprochées les unes des autres, ce qui oblige à jeter l’ancre beaucoup trop loin. Après le tour d’honneur nous avons abandonné l’idée de mouiller.

Oléron, Lannelongue ***

Ce petit mouillage est situé juste devant un centre de remise en forme, en bordure du chenal qui mène à Gatseau. Les fonds irréguliers et le courant assez fort obligent à dérouler de la chaîne, mais l’endroit est stable quelque soient les conditions de mer et très calme aussi. Nous y avons passé deux bonnes nuits.

Oléron, Gatseau ***

Une vaste plage de sable fin, plate, en bordure d’une forêt de pins. L’endroit est magique. Il est cependant réservé aux navires qui échouent (sauf à l’extrème sud où les connaisseurs viennent ancrer quotidiennement devant la petite plage) et il faut faire attention au courant traversier qui peut s’avérer fort. Si c’était à recommencer, je me mettrai le plus près du bord possible à l’Ouest de la baie par fort coefficient.

Atlantique SudAtlantique Sud

Gironde, Blaye *

Nous sommes arrivés, nous avons scanné la zone (dont le courant est très fort) pour trouver un endroit où atterrir ou mettre l’ancre, impossible de se rendre à Blaye sauf dans la halte nautique réservée aux petites embarcations. Dommage. Nous avons ensuite parcouru la côte Est de l’île nouvelle, en face de Blaye, dont la carte mentionne une bouée, qui est bien là mais occupée par un grand bateau de promenade pour touristes.

Gironde, Patiras ***

Pour visiter cette île, il existe un petit ponton qui peut accueillir un seul voilier. Très pratique cependant. L’île est jolie, aménagée pour l’organisation de réceptions privées.

Gironde, Goulée ***

Cette halte est aussi mentionnée dans la page des ports, mais il est si petit qu’on peut aussi le considérer comme un mouillage. Que ce soit le canal pour y accéder ou le port en lui-même, l’endroit est aussi beau que tranquille. Les installations sont en revanche rudimentaires et le fond de vase mole et profonde. S’arranger pour échouer au milieu du canal ou au fond du bras sud permettrait de rester droit.

Gironde, Verdon-sur-mer *

Situé sous port Médoc, cette anse ouverte à l’Est au fond de sable est certainement sympa par très beau temps, mais la houle y entre facilement. Même derrière la digue submersible nous avions du roulis par vent de secteur Ouest.

Arcachon, La Vigne *

Le bassin d’Arcachon est une zone de jeu très intéressante. L’ancre croche partout, le fond étant majoritairement composé de sable et de vase. Cependant les journées en saison sont loin d’être reposantes à cause des nombreuses vedettes à moteur qui génèrent continuellement du bruit et des vagues. Une ambiance qui ne nous a pas beaucoup attirée.

Capbreton, le gouf ***

Cette fosse située devant Capbreton est réputée pour calmer les vagues et empêcher les déferlantes. Avant d’aller au port, nous nous sommes mis à la cape devant l’entrée du chenal, profitant d’un faible vent d’Est qui nous déportait au large. Nous y avons pris un excellent petit déjeuner. Mouiller est possible mais difficile par 80m de fond au minimum.

Télécharger au format PDF (imprimable)

2 réflexions au sujet de « Mouillages en Normandie, Bretagne et Atlantique »

  1. Régis

    Salut Guillaume,
    c’est dommage que tu n’aies pas pu mouiller à Blaye. J’y ai échoué dans le port sur banquette de vase côté citadelle avec un Albion 36 DI.
    Et sur la rive opposée, il y a le mouillage de Lamarque derrière un épi signalé et couvert à marée haute. Nuit royale parmi les animaux aquatiques.
    Merci pour cette collection de mouillages qui montre qu’on peut encore naviguer sans être obligé d’utiliser les aménagements payants.
    Amitiés,
    Régis.

    Répondre
  2. Guillaume Auteur de l’article

    Salut Régis. En effet, ce fut une grosse déception pour nous de ne pas avoir pu aborder Blaye. On a rasé la côte pour trouver une solution, mais nous n’étions pas assez renseignés et les courants forts rendaient les manœuvres difficiles. Le mouillage de Lamarque en face aurait pu être une bonne solution en effet, mais il faisait presque nuit et le lendemain le vent ne nous permettait pas d’aller plus loin… on aurait aimé longer la Dordogne, s’arrêter à Bourg en Gironde, etc. Comme je l’ai mentionné dans un de mes articles précédents, on a fini par adorer la Gironde, ce n’est donc que partie remise !

    Lors de mon voyage retour je n’ai mis les pieds dans aucune marina, il y a encore de bons mouillages, surtout autour du Finistère, pour s’abriter. J’ai été étonné d’être quasiment seul dans des mouillages tout à fait praticables à côté de ports bondés… les gens préfèrent s’amarrer au ponton, c’est plus pratique et sécurisant quitte à payer.

    Bon courage Régis pour l’attente forcée aux Açores, le temps n’est pas très encourageant pour l’instant alors croisons les doigts pour que ça s’améliore. Il te faudra peut-être passer d’île en île jusqu’au Portugal ou l’Espagne en profitant d’accalmies si le temps reste menaçant, même si c’est plus long. Tiens-nous au courant, on veille sur la météo en attendant ! Amitiés et à très bientôt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *