Dans le finistère

Après une navigation un peu musclée, Aqua-Vitae et Oleo arrivent à l’Aber-Wrach. La route a été sinueuse mais j’ai la satisfaction d’avoir tout fait à la voile jusqu’au mouillage. Parcourir l’Aber avec une petite voile d’avant est très agréable. De multiples dériveurs et hobbi-cats me tournent autour. Confection d'un taud de cockpitBref, je me pose et m’active à la préparation d’un taud que je souhaite coudre à Camaret. Après avoir confectionné de multiples sacs et accessoires, je passe à la vitesse supérieure avec cette réalisation plus noble. En soirée Jean-François m’invite à goûter son gâteau à son bord, excellent.
Navigation dans le fourDépart tôt le lendemain, vent et courant contraire dans un premier temps, pétole dans un deuxième. On traversera le four au moteur, dans la brume, jusqu’à Camaret sur Mer où nous rejoignons nos amis de Carentan sur les voiliers Mangareva et Mathom II. Balades dans la ville, dîners chez les uns et les autres, on se régale !
Dauphin à OuessantPetite navigation vers Ouessant. Elle ne pose aucune difficulté, nous sommes accueillis par un dauphin joueur, plutôt massif, qui adore s’attaquer aux bouées au moment où les bateaux tentent de les prendre. Je passe l’amarre dans l’anneau à la main en amenant le coffre tribord arrière, dauphinou attaque ma bouée mais tout se passe bien.
Prise de coffre difficile avec dauphinL’équipage de Mangareva aura un peu plus de mal à se débarasser de la bête joueuse qui arrivera à détacher leur crochet. Dauphin ira aussi nager à côté d’un baigneur qui poussera un cri de détresse à la vue de ce gros animal qui lui tourne autour. On ne s’ennuie pas au mouillage de Lampaul.
Oleo avec son taudApéro dans le cockpit avec les amis, test du nouveau taud fraichement fabriqué dans les ateliers d’Oleo, tout se passe bien. J’en suis plutôt content, il est léger, facile à mettre et protège assez bien du soleil. Il faudra voir ce qu’il donne sous la pluie.
Mangareva et Aqua-VitaeNotre mouillage à Ouessant est très agréable. Bouée gratuite, accueil sympathique dans le village, cette île a tout pour plaire. On fait un tour par la cale au fond de la baie, qui permet d’échouer. Un peu étroit mais ça a l’air gérable.
La cale de LampaulSur le trajet du retour je croiserai mon premier grain. Nous sommes passés d’une situation de quasi pétole sous le soleil à 35 noeuds de vent (selon l’anémomètre d’un voisin de port qui y était lui aussi) avec averse, gros orage et visibilité réduite. Le clapot soulevé par le vent me freine énormément, je décide alors de mettre le moteur pour rentrer à Camaret.

Aujourd’hui, départ tranquille pour Molène. On profitera des courants en l’absence de vent. Après ça, le programme reste à faire mais il est probable que nos routes se séparent.

Télécharger au format PDF (imprimable)

Une réflexion au sujet de « Dans le finistère »

  1. Michèle

    Après être navigateur, te voici couturier, belle réussite pour ton taud.
    Je suis le parcours de navigation des bateaux Aqua Vitae, Jaoul, Jonathan, Oléo, Shundo, Skewel équipés de l’AIS.
    Je vois que vous avez rejoint Claudine, Michel et Denis à Camaret et que vous avez pu naviguer
    ensemble.
    Bien le bonjour à tous et bonne navigation.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *