Bon vent les amis !

Larguer les amarre ce week-end ? Après réflexion, ça ne serait pas raisonnable, Oleo a déjà navigué et son propriétaire a du travail. Pourtant la tentation est forte puisque ce vendredi, c’est le départ de quatre « batocopains » qui s’en vont pour un bon moment. Cet article sera donc dédié à mes amis du port. Du monde à l'écluse de CarentanL’écluse est bien remplie, sept bateaux y sont amarrés telle une toile d’araignée mouvante. Une légère brume et un froid piquant les accompagnent. Nombreux sont ceux qui assistent au départ de la flottille : Jean le Suisse, Gilles et Cathy, Michel, Christian, Alain et d’autres figures du port. On discute un peu, on observe pensivement, on aide aux manœuvres de temps en temps et on en profite jusqu’au bout de cet instant magique qu’est le grand départ. Le voilier de Denis - Mathom II Mathom II : ce drôle de nom est la contraction de « Matthieu » et « Thomas », les prénoms que Denis a donné à ses enfants. « L’amiral », comme on se plaît à l’appeler, a beaucoup baroudé autour du monde quand il était dans la marine, c’est toujours avec plaisir qu’on écoute ses histoires autour d’un bon repas. L'amiral sur son voilier Mathom II Aujourd’hui, si faire le tour du monde n’est pas au programme pour Denis et son voilier, le voilà parti avec six équipiers à son bord, six membres de sa famille. Mathom II est heureux de faire voyager ceux qu’il aime et de partir pour l’aventure, souhaitons qu’il atteigne le Portugal aux côtés de Jonathan, le voilier de François. Jean-François sur son voilier Aqua-Vitae Aqua-Vitae, le récent et robuste voilier de Jean-François fera partie de l’équipée 12 jours durant. Son propriétaire travaille dur, le grand départ n’est pas prévu avant 2015, mais il est vital pour un voilier armé comme celui-ci de sortir en attendant. Aqua-Vitae dans le canal de Carentan La GV est prête à être hissée et le safran qui a été changé lors du dernier carénage semble fonctionner. On ne peut que souhaiter à Jean-François de goûter les embruns, manger de la mer, profiter un maximum de ce voyage et des amis qu’il accompagne. Michel et Claudine sur le voilier Mangareva Un joli départ aussi pour Michel et Claudine sur Mangareva, ses drisses et ses écoutes neuves, son nouveau chariot de GV et ses équipements amoureusement entretenus par ses soigneux propriétaires. Après l'écluse, sur le canal de carentan On ne les reverra pas pendant au moins deux mois si mes souvenirs sont bons. Après trois ou quatre bateaux sortis de l’écluse, Mangareva passe dans un silence étonnant, je n’avais jusque là pas remarqué à quel point le moteur est isolé. François à Carentan, sur son voilier Jonathan On ne va pas dire qu’on est ravis de le voir partir, Jonathan. François et sa monture ont largué les amarres pour un voyage d’une durée indéterminée. C’est le début d’une vraie aventure, une fête, une grande joie de le voir vivre ses rêves. Mais avouons-le aussi, un petit pincement au cœur. La balade de Jonathan François est une personnalité que l’on voudrait garder auprès de soi. Bon vivant, travailleur, sympa et accueillant, un brin séducteur et spirituel aussi, on lui souhaite de faire de belles rencontres sur son trajet. Bretagne, Espagne, Portugal, Madère, Canaries, Cap Vert, Antilles, la boucle est engagée !

Le voilier Jaoul, prêt à partir avec son propriétaire Régis

A l’heure où j’écris ces lignes, mon ami Régis est prêt à partir sur son fidèle voilier Jaoul. Un nouveau GPS/AIS et 320W de panneaux solaires viennent compléter l’équipement pour plus de confort et de sécurité. Il prévoit de parcourir l’Espagne, Madère et les Açores. Dès demain, j’irai prendre quelques photos de son départ pour un prochain article.

Gilles et Cathy, en plein chantier autour de leur rêve d'Antilles

A Carentan la vie continue. Gilles et Cathy s’arment de courage pour travailler sur leur rêve d’Antilles, un projet qui prends du temps et de l’énergie. En attendant d’avoir leur cocon à flot, le J5 orange fait office de résidence et d’atelier.

Un tube d'étambot fraîchement soudé

Un confort spartiate dont ils doivent s’accommoder pour se livrer aux travaux du moment. Découpes, soudures, retouches du pont et des oeuvre vives, avec une coque en acier ces étapes sont nécessaires avant de s’attaquer aux aménagements.

Jean le Suisse sur son voilier Aleane

Enfin, il est dommage de passer à Carentan sans rendre visite à « Jean le Suisse » et son nouveau voilier Aleane, sur lequel il travaille tous les jours. Le bateau est à l’image de son propriétaire : un brin excentrique et unique en son genre.

A l'intérieur du voilier Aleane

Jean remet à neuf sont Joshua en ferrociment avec une efficacité redoutable et une énergie fièrement retrouvée après la perte accidentelle de son précédent voilier. A l’intérieur, ça sent la sciure : le bois ancien côtoie le contre-plaqué neuf et les aménagements prennent forme.

Mât d'artimont du voilier Aleane

A l’extérieur, le bateau n’a plus son air penché d’antan grâce au redressement des mâts, mais tout reste encore à faire. Jean prends plaisir à décrire comment il voit les choses, il n’est pas du genre à hésiter, sa vision du travail fini est claire et précise.

Régis, Alain, Jean le Suisse à Carentan

Tous ces amis, toutes ces expériences et ces histoires qui se croisent et s’enrichissent mutuellement sont tellement précieuses au jeune aspirant que je suis… mais encore faut-il que j’en tire des leçons. Alors au travail Guillaume !

Télécharger au format PDF (imprimable)

6 réflexions au sujet de « Bon vent les amis ! »

  1. LESAGE

    Je te félicite Guillaume de ton reportage qui résume bien la vie d’expériences et d’histoires de la petite famille des marins du port de CARENTAN.
    Bonne navigation pour 2014
    Michèle

    Répondre
    1. Guillaume Auteur de l’article

      C’est trop d’honneur M. L’Amiral ! Profite bien de ton port de prédilection, j’ai l’impression que vous allez laisser passer le coup de vent à Paimpol. Salutations à l’équipage.

      Répondre
    1. Guillaume Auteur de l’article

      Sans aucun doute François, rendez-vous sans faute outre-atlantique. On compte sur toi pour nous chauffer la place en attendant. Tu apprendras à tous ces bronzés de l’arc antillais comment on prépare un vrai Irish-Ti’Punch, dans un grand verre avec de la bonne crème fraîche et une paille.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *